20130925_Camille

" Le printemps "nouveau" 2016 venait tout juste de prendre ses marques lorsqu'au matin du mardi 22 mars des terroristes fanatiques ont délibérément jeté la mort, les blessures, les handicaps, la souffrance, la peine, l'incompréhension sur le territoire de nos voisins et amis belges, en faisant éclater des bombes artisanales dans le hall de l'aéroport et dans une rame de métro au centre de la capitale bruxelloise.
Le dégoût, la répugnance de ces actes et la révolte manifeste envers leurs auteurs inhumains et barbares commis au nom d'une idéologie issue d'une interprétation particulière, mais minoritaire, d'une religion, ont été les sentiments spontanés ressentis par la majorité que représentent les partisans d'une démocratie sensée, humaine, sociale et respectueuse.
Cette indignation, fortement compréhensible, envers ceux que nous dénonçons et que nous combattons, aussi grande qu'elle puisse être ressentie, ne doit pas conduire à des actes irréfléchis et incontrôlés.
Oui, la France et l'Europe et toutes les démocraties du monde sont en guerre ! Alors, éliminons nos peurs et nos angoisses et faisons face, avec notre courage, notre volonté et notre détermination, aux éléments de l'extérieur ou venant de l'intérieur dont le but est de nous détruire.
Notre histoire est remplie de périodes difficiles, mais les Français savent réagir et faire face à ces actes terroristes commis pour tuer le plus grand nombre de personnes sans aucune distinction, avec beaucoup de sauvagerie, de lâcheté et de haine, causant de la souffrance, de l'indignation et de la colère.
Mais ces agressions, cette injustice, doivent réveiller les consciences comme les Français savent le faire :

REAGIR - FAIRE FACE - LA FRANCE ET L'EUROPE DEMOCRATIQUE SONT ET RESTERONT DEBOUT !

Il est évident que cette triste actualité, avec ses images, ses reportages, est très émouvante. Cette immense émotion perturbe énormément notre vie quotidienne et nos pensées vont quasiment vers toutes les victimes et vers leurs familles.
Les soucis quotidiens de notre vie concernant le pouvoir d'achat, le chômage, les crises économiques et financières, les conflits sociaux et bien d'autres tracasseries, sont momentanément relégués à plus tard.
Pour conclure, je voudrais citer Confucius : " La conscience est la lumière de l'intelligence pour distinguer le bien du mal." Alors, ayons conscience de la gravité de la situation actuelle et réagissons pour éliminer ce mal."

Le Président National, Camille MARILLER.