Marianne Drogues

Au mois de septembre 2014, la SECURITE ROUTIERE annonçait vouloir tester de nouveaux tests salivaires de détection de stupéfiants. La date a été fixée. Une expérimentation sur six mois, visant à remplacer l'actuel prélèvement sanguin par un second prélèvement salivaire de contrôle, effectué immédiatement par les forces de l'ordre, débutera le 1° décembre 2014. Cette nouvelle technique de prélèvement salivaire va être expérimentée sur les routes de 10 départements français. A savoir :

Les Alpes Maritimes (06) - La Dordogne (24) - La Gironde (33) - L'ille et Vilaine (35) - La Loire Atlantique (44) - La Moselle (57) - Le Nord (59) - La Haute-Savoie (74) - Les Yvelines (78) - Paris (75).

1 test salivaire pour 100 contrôles d'alcoolémie : Si les résultats sont concluants, ce nouveau procédé devrait être étendu à l'ensemble du territoire afin d'augmenter les contrôles de stupéfiants. En 2013, 144.000 dépistages ont été pratiqués par les forces de l'ordre, contre plus de 10 millions de contrôles d'alcoolémie. En 2013, les stupéfiants ont été la cause principale de 4% des accidents mortels de la route en France.

Connaissez-vous la MILDECA ?
Créée en 1982, la mission permanente de lutte contre la toxicomanie, devenue la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives (MILDECA), répond à la nécessité de coordonner une politique publique par nature interministérielle.

Des missions et un champ de compétences étendus.
Placée auprès du Premier ministre, la MILDECA anime et coordonne l'action du gouvernement en matière de lutte contre les drogues et les conduites addictives. Elle élabore à ce titre le plan gouvernemental et veille à sa mise en oeuvre. Actuellement, elle est présidée par Mme Danièle JOURDAIN-MENNINGER.
La compétence de coordination de la MILDECA s'étend à l'ensemble des addictions avec ou sans produit, et sur l'ensemble des domaines de la politique publique. La MILDECA accompagne les partenaires publics, institutionnels et associatifs de la politique publique dans la mise en oeuvre des orientations, en leur apportant un soutien méthodologique ou financier.
Au plan international, la MILDECA contribue, en lien étroit avec le Secrétariat général des affaires européennes et le ministère des Affaires étrangères, à l'élaboration des positions françaises en matière de lutte contre les drogues et les conduites addictives. Elle fait valoir à l'étranger l'approche globale et intégrée de la France.

Un réseau pour relayer les orientations sur le territoire national.
Dans chaque préfecture, la MILDECA peut s'appuyer sur un chef de projet chargé de relayer son action. Le chef de projet élabore un programme pluriannuel et interministériel fixant les axes prioritaires à mettre en oeuvre au regard des orientations du plan gouvernemental et du contexte local.

Deux opérateurs pour appuyer son action. 
La MILDECA finance deux groupements d'intérêt public :
L'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT), qui assure l'observation des produits consommés comme des habitudes de consommation desdits produits.
Le Centre Interministériel de Formation Anti-Drogue (CiFAD), installé à Fort-de-France, qui est chargé de conduire des actions de formation et de coopération pour renforcer les capacités des administrations des États situés le long de la route de la cocaïne.

Des leviers financiers en adéquation avec les enjeux.
La MILDECA dispose de crédits dédiés au sein du programme "coordination du travail gouvernemental" du budget de l'Etat. Ces crédits lui permette d'impulser et de coordonner l'action des ministères concernés dans son champ de compétences. Elle gère en outre le fonds de concours alimenté par le produit des avoirs criminels confisqués dans les affaires de stupéfiants. Les crédits sont affectés aux services qui luttent contre le trafic et aux actions de prévention.

Contact : MILDECA - 35 rue Saint Dominique - 75007 PARIS - Tel : 01.42.75.80.00.