ASSOCIATION NATIONALE DES RETRAITES DE LA POLICE

21 juin 2021

LE POLICE JUDICIAIRE DE STRASBOURG CELEBRE SON CENTENAIRE

La Police judiciaire de Strasbourg spécialisée notamment dans la lutte contre le crime organisé, a été créée en Alsace en 1920. Il y a cent ans, c'était une "brigade régionale de police mobile", à l'image des fameuses "brigades du Tigre" lancées par Georges Clémenceau.

A cette occasion, la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg, accueille une exposition qui vous propose un voyage historique au cœur de la "PJ" strasbourgeoise et de ses évolutions au fil des années, notamment en matière de police technique et scientifique, mais également la découverte des défis actuels auxquels elle fait face, comme le cybercrime et le terrorisme.

Cette exposition a été montée par plusieurs agents de la PJ sous l’impulsion d’Alexandre Lohr, chef d’Etat-major à la Direction Zonale de la Police Judiciaire de Strasbourg, et propose de confronter la vision "fantasmée" et romancée de la PJ à la réalité de ce qu'elle est véritablement, à savoir une force de police qui a toujours su s'adapter à une criminalité mobile, transnationale et évolutive.

Du 18 au 26 juin 2021

Exposition ouverte à tous - Entrée libre, sans réservation.

Salle d'exposition (au niveau 1)

Bibliothèque nationale et universitaire

6, place de la République - 67070 Strasbourg

100 ans PJ Strasbourg


16 juin 2021

NOUVELLES MESURES POUR RENFORCER LA PROTECTION DES VICTIMES

Suite à la remise des rapports d’inspection sur les féminicides survenus à Mérignac et à Hayange : le Gouvernement prend de nouvelles mesures pour renforcer la protection des victimes et le suivi des auteurs de violences conjugales

En complément des actions déjà engagées au titre du Grenelle contre les violences conjugales, un arsenal de six nouvelles mesures va être mis en place, permettant de renforcer la protection des victimes de violences et de s’assurer de la pleine mobilisation et coordination de l’ensemble des acteurs compétents.

Afin d’assurer une protection plus efficace des victimes, 3 000 téléphones grave danger seront mis à disposition des juridictions d’ici début 2022 : cela correspond à une augmentation de 65% par rapport à aujourd’hui. Ces outils ont fait la preuve de leur efficacité, 1 324 terminaux sont actuellement actifs pour protéger autant de femmes sur plus de 1 800 disponibles ; le gouvernement souhaite élargir encore davantage les situations dans lesquelles ces téléphones sont attribuables.

Par ailleurs, un plan de renforcement du recours aux bracelets anti-rapprochement est déployé pour accélérer la mise en œuvre du dispositif. Le garde des Sceaux a publié en ce sens une dépêche le 27 mai 2021 à destination des parquets. Il y est notamment prévu la désignation d’un référent national et de référent au sein de chaque parquet. Depuis décembre dernier,
1 000 bracelets sont à la disposition des magistrats.

Alors que les armes à feu sont utilisées dans la majorité des féminicides, le contrôle de la détention et de l’acquisition des armes va être renforcé dans la loi, notamment en élargissant le périmètre du fichier national des personnes interdites d’acquisition et de détention d’armes aux décisions pré et post-sentencielles et en assurant une interconnexion entre ce fichier et le casier judiciaire. La connaissance partagée, entre les acteurs de terrain, des auteurs de violences conjugales et la prise en compte efficace des signaux faibles doit être améliorée : un fichier des auteurs de violences conjugales sera mis en place et permettra de disposer d’une vision exhaustive de ces situations, mais aussi d’un outil partagé actualisé en fonction des actions policières menées (intervention au domicile, recueil de plainte, main courante…), avec déclenchement de mesures d’accompagnement, de prévention ou de protection soit par la justice, soit par la police.

Un renforcement des instances locales de pilotage et de coordination sera assuré grâce au lancement dans les tribunaux judiciaires d’une instance de suivi judiciaire des situations individuelles réunissant magistrats, forces de sécurité intérieure et service pénitentiaire d’insertion et de probation d’une part, et à la réactivation des instances locales de suivi des violences faites aux femmes d’autre part, qui deviennent explicitement chargées d’assurer le suivi de la mise en œuvre des mesures du Grenelle et en particulier de la réalisation de retour d’experiences locaux systématiques après chaque féminicide.

Une instance nationale permettant d’associer régulièrement les associations sur les violences faites aux femmes et aux filles va être créée avec pour objectif de constituer un point de contact pour les associations et de mettre à disposition des professionnels des outils de formation.

Parce que la lutte contre les violences nécessite un suivi et un investissement constants, le Premier ministre réunira à l’occasion du deuxième anniversaire du Grenelle un comité de suivi de la mise en œuvre des mesures du Grenelle contre les violences conjugales afin de veiller à leur exécution rigoureuse sur l’ensemble du territoire national.

Telephone grave danger

COMMUNIQUE DE PRESSE du Gouvernement du 9 juin 2021 :  Remise des rapports d’inspection sur les féminicides survenus à Mérignac et à Hayange

 

09 juin 2021

ARNAQUE SMS ORANGE

Mauvaise nouvelle pour les clients français de l’opérateur Orange. Une arnaque de taille touche actuellement de nombreux particuliers à cause d’un SMS particulièrement bien travaillé. Sur ce dernier, il est écrit que l’opérateur propose une procédure pour indemniser les clients « des pannes survenues pendant le confinement ».

Ne comptez pas dessus, et n’ouvrez même pas ce SMS. Malheureusement, il s’agit bien d’une escroquerie par la méthode d’hameçonnage, l’une des plus populaires chez les malveillants du web.

Nous avons pu découvrir en détail les étapes qui attendent les clients Orange qui tombent dans le panneau.

Les étapes à NE PAS faire

Lorsque l’on clique sur le lien présent dans le message. Déjà, celui-ci renvoie vers un site décrit comme « très bien fait », avec une adresse semblable à un site tierce de l’opérateur baptisé « compteorange ».

Plus dangereux encore : le message est envoyé sur le canal de l’opérateur Orange, que vous avez peut-être enregistré dans vos contacts. Un critère redoutable qui risque d’amener en erreur les clients les plus méfiants ou les plus conscients des problèmes d’hameçonnage par SMS en 2021, et de cybersécurité. Le SMS Orange peut être envoyé directement dans le fil de discussion de son opérateur, à la suite de messages officiels.

Une fois sur le site malveillant, un vrai parcours client est affiché et la procédure semble, une fois encore, tout à fait sérieuse. Il est demandé le numéro, le nom et l’adresse du client. Puis, un montant d’indemnisation est affiché. Sauf qu’il vous est demandé d’enregistrer les coordonnées de votre carte bancaire. Ce qui devrait, normalement, vous mettre la puce à l’oreille.

N’enregistrez pas ces informations, qui n’auront aucun intérêt pour une indemnisation, et bien plus pour vous vider votre compte bancaire. Avec ces informations, les malveillants peuvent à peu près tout faire, sans même que vous puissiez vous en apercevoir sur le coup (souvent, les retraits sont de petits montants qui ne posent problème que sur la durée).

Orange vous invite à signaler ce genre de spam sur la plateforme 33700.fr. Sur la plateforme, il est aussi conseillé de renvoyer le message spam au numéro 33700. Le numéro est gratuit pour les clients Orange, Bouyges Telecom, Euro-Information Telecom et SFR.

Source :  Hadrien Augusto sur le blog presse-citron

william-hook-9e9PD9blAto-unsplash

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo par William Hook sur Unsplash

Posté par GPANRP à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 juin 2021

INVITATION LANCEMENT DU LIVRE EMPAIN LE RAPT

A l’occasion du lancement de son livre EMPAIN LE RAPT,

le commissaire divisionnaire André BIZEUL,

Diane EMPAIN & les éditions MAREUIL

sont heureux de vous inviter à la Librairie Fontaine Haussmann 

le mardi 22 juin 2021 à partir de 18h00

La rencontre se déroulera dans le respect des règles sanitaires,

merci de confirmer votre participation à l’adresse suivante : mareuilassistantdedition@gmail.com

EMPAIN LE RAPT

Posté par GPANRP à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juin 2021

COOKIES : REFUSER DOIT ETRE AUSSI FACILE QUE D’ACCEPTER

Lorsque vous naviguez sur internet, vous devez fréquemment accepter ou refuser des cookies. Ces traceurs utilisés par les sites internet pour stocker notamment les données de navigation nécessitent en effet le consentement préalable de l'internaute. L'internaute doit être clairement informé des objectifs de ces cookies et il doit être aussi facile pour lui de les refuser que de les accepter. À partir du 1er avril 2021, tous les sites web français devront être conformes aux nouvelles règles : dans le cas contraire, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) pourra contrôler les sites concernés et éventuellement prononcer des sanctions.

Certains cookies sont indispensables au bon fonctionnement d'un site internet. Ils servent, par exemple, à mémoriser le contenu d'un panier d'achats ou bien des préférences d'affichage. D'autres ne servent qu'à collecter des informations sur l'internaute afin de lui adresser de la publicité personnalisée selon ses goûts et ses centres d'intérêts.

Avant de cliquer sur « accepter », l'internaute doit comprendre facilement à quoi servent les traceurs publicitaires : publicité personnalisée ou non, publicité géolocalisée, personnalisation du contenu ou encore partage d'information avec les réseaux sociaux. Le site doit l'informer, de façon claire et synthétique, de ce à quoi ils vont servir.

L'internaute doit aussi pouvoir refuser les cookies aussi facilement qu'il lui est proposé de les accepter, comme l'a jugé le Conseil d’État en juin 2020. Il ne doit pas être obligé de passer par un paramétrage complexe et dissuasif.

En effet, lorsqu'un seul clic est requis pour « accepter les cookies » tandis que plusieurs actions sont nécessaires pour paramétrer un refus, l'internaute, qui souhaite généralement accéder rapidement au site, risque d'être influencé.

Si un site ne respecte pas les règles de protection des données, il est possible d'adresser une plainte à la CNIL.

A savoir : en complément de ses lignes directrices et sa recommandation publiées en octobre 2020, la CNIL met à votre disposition de nombreuses fiches pratiques et une foire aux questions pour tout comprendre sur les règles applicables.

Source : Service-public.fr

surface-FEWChSELTCQ-unsplash

Photo sur unsplash

CNIL |

En faisant évoluer les règles applicables aux cookies, la CNIL donne plus de contrôle aux internautes sur l'utilisation de leurs données à des fins publicitaires et rappelle...

https://www.cnil.fr

 

 

Posté par GPANRP à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


31 mai 2021

DECALAGE DES SOLDES D'ETE

Les soldes d'été auraient dû débuter le mercredi 23 juin;

Or pour tenir compte des conséquences économiques de la crise sanitaire, les pouvoirs publics ont pris la décision de les décaler de sept jours.

Ainsi, la période des soldes commencera le mercredi 30 juin et se terminera le mardi 27 juillet au soir.

Le commerce en ligne est tenu d'effectuer les soldes durant la même période.

Les commerçants ne peuvent solder que les articles qu'ils proposent à la vente et qu'ils ont payés depuis au moins un mois.

Ils ne peuvent donc pas se réapprovisionner pendant les soldes.

La réduction de prix consentie sur les articles soldés peut être faite :

  • Par escompte de caisse si elle est d'un taux uniforme (ex : -50% sur le rayon jupes) ;
  • Par double marquage si ce n'est pas le cas (ex : robe 80€ soldée 40€).

Les limitations de garantie sur les articles soldés sont interdites.

Durant les soldes, la revente à perte, prohibée par le code de commerce, est autorisée.

 

Didier FABRE
Adhérent
Ancien directeur adjoint de la DDPP de la Drôme

SOLDESETE2021

Photo par Charles Deluvio sur Unsplash

Posté par GPANRP à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mai 2021

LIVRE EMPAIN LE RAPT

Sortie en librairie le jeudi 10 juin 2021, du livre Empain, Le Rapt écrit par André Bizeul.

L’auteur, commissaire divisionnaire, a été aux commandes de l‘enquête pour retrouver le baron Édouard-Jean Empain enlevé le 23 janvier 1978. Grâce à de nombreux témoignages et documents inédits, pour la première fois, le commissaire Bizeul raconte cette enquête exceptionnelle vue du côté police. La préface est signée de Diane Empain, la soeur du baron qui a été présente tout le long de l’affaire.

C’est la fin des Trente Glorieuses, l’industrie du kidnapping ne s’est jamais aussi bien portée et la France ne manque pas d’industriels, de banquiers et de PDG capables, sous la menace, de faire remplir des valises de billets pour obtenir leur libération. Ensuite, il suffit aux ravisseurs de les récupérer, de relâcher l’otage et profiter du pactole...

D’emblée le patron de la Crim’, Pierre Ottavioli, met la barre au plus haut : « On ne cède pas, on ne paye pas, on intervient ».

C’est le 23 janvier 1978 qu’a lieu le rapt du baron Empain, PDG du groupe Empain-Schneider, un fleuron de l’industrie française. C’est le 10ème enlèvement auquel est confronté André Bizeul, jeune commissaire de police, depuis qu’il est au 36, quai des Orfèvres. Cette fois il est aux manettes, juste en dessous d’« Otta », et collé à Broussard, patron de la BRI, c’est-à-dire au coeur de l’action. Cette affaire sera longue, difficile, risquée mais... réussie !

Au plus près des faits, le commissaire Bizeul nous raconte pour la première fois l’enquête menée par la police judiciaire parisienne sur cet enlèvement hors norme. Agrémenté de témoignages inédits provenant des protagonistes ou des membres de la famille Empain, étayé de documents exclusifs, ce récit nous offre une autre lecture de ce qu’on a appelé « L’affaire Empain » et qui a tenu en haleine la France entière pendant des semaines.

EMPAIN LE RAPT

Posté par GPANRP à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2021

Les retraités et les retraites - édition 2021

RÉSUMÉ

L’édition 2021 de l’ouvrage Les retraités et les retraites présente un tableau détaillé des retraités et du système de retraite français pour l’année 2019 et les années précédentes.

Fin 2019, les régimes de retraite français comptent 16,7 millions de retraités percevant une pension de droit direct, soit une hausse de 300 000 personnes par rapport à fin 2018. L’âge moyen conjoncturel de départ à la retraite fin 2019 s’élève à 62 ans et 2 mois. La pension moyenne tous régimes confondus s’établit, à cette date, à 1 503 euros bruts mensuels parmi les retraités résidant en France. Elle diminue de 1,1 % en euros constants, du fait notamment d’une revalorisation des pensions inférieure à l’inflation. Le niveau de vie médian des retraités demeure supérieur à celui de l’ensemble la population.

D’autres analyses sont également proposées, qui permettent d’apprécier la place du minimum vieillesse, de la retraite supplémentaire, des sorties d’activité et notamment des passages par l’invalidité, ou encore de prendre connaissance des opinions, souhaits et motivations des retraités.

Enfin, cette édition tient compte des principales modifications législatives ou réglementaires de l’année 2019, portant notamment sur le taux de la CSG ou l’introduction de modulations temporaires des pensions au régime complémentaire des salariés Agirc-Arrco.

AVANT-PROPOS

Les retraités et les retraites – édition 2021 présentent un panorama détaillé de la retraite en France, tous régimes de retraite confondus. Cet ouvrage décrit la population des retraités, le montant de leur pension et les conditions de liquidation de leur retraite. Il fournit également des éclairages thématiques sur les transitions de l’emploi vers la retraite, et présente des informations précises sur certains dispositifs spécifiques, comme le minimum vieillesse et l’épargne retraite supplémentaire (masses financières, bénéficiaires, etc.).

Les résultats exposés sont ceux de l’année 2019 (dernière année connue pour l’ensemble des régimes de retraite), et des années précédentes. Ils sont issus des données produites par le système statistique public, notamment par les enquêtes statistiques annuelles de la DREES auprès des organismes qui gèrent des régimes de retraite obligatoire ou facultative : l’enquête annuelle auprès des caisses de retraite, l’enquête sur les allocations du minimum vieillesse et l’enquête sur la retraite supplémentaire facultative.

D’autres sources ont également été mobilisées, telles que l’échantillon interrégimes de retraités (EIR) de 2016, l’échantillon interrégimes de cotisants (EIC) de 2013, le Baromètre de la DREES, l’enquête sur les motivations de départ à la retraite, l’enquête Acemo-Pipa de la Dares, les comptes de la protection sociale, l’enquête Emploi et l’enquête Revenus fiscaux et sociaux de l’Insee, ainsi que l’annuaire du GIP Union retraite. Au-delà des enquêtes, des résultats annuels sont produits à partir du modèle de microsimulation ANCETRE, qui estime les agrégats tous régimes à partir de l’EIR et des enquêtes annuelles auprès des caisses de retraite (EACR).

Source DREES

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/documents-de-reference/panoramas-de-la-drees/les-retraites-et-les-retraites-edition-2021

DREES

Posté par GPANRP à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2021

COMMUNIQUE : : GARANTIR LA SECURITE DES CITOYENS ET SANCTUARISER LA PROTECTION DE NOS AGENTS DES FORCES DE L'ORDRE

CETTE LETTRE OUVERTE A ÉTÉ DÉPOSÉE LE 11 MAI À L’ASSEMBLÉE NATIONALE PAR L’ASSOCIATION L’AIGUILLON,

ELLE EST ÉGALEMENT PROPOSÉE À LA SIGNATURE SUR LE SITE MESOPINIONS.COM 

HTTPS://WWW.MESOPINIONS.COM/PETITION/AUTRES/SECURITE-NOS-FORCES-ORDRE-NOS-CITOYENS/138664

 

ET SUR LE SITE CHANGE.ORG 

Signez la pétition

Monsieur le Président de la République, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Parlementaires; Conscients de vos prérogatives constitutionnelles et de vos obligations, nous vous demandons solennellement de tout mettre en œuvre pour mettre fin à la situation gravissime que traverse la France en matière de sécurité et de tranquillité publique.

https://www.change.org

 

 

DESTINATAIRE(S) : JEAN CASTEX (PREMIER MINISTRE), EMMANUEL MACRON (PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE), SÉNAT

 

Monsieur le Président de la République,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Parlementaires

 

Conscients de vos prérogatives constitutionnelles et de vos obligations, nous vous demandons solennellement de tout mettre en œuvre pour mettre fin à la situation gravissime que traverse la France en matière de sécurité et de tranquillité publique.

Aujourd’hui l’autorité de l’État est battue en brèche par des minorités violentes. Les lois ne sont plus appliquées dans les territoires perdus de la République.

Or, les policiers et les gendarmes sont les gardiens de la paix et les protecteurs de nos institutions. Ils sont la clé de voûte de toutes nos libertés. Sans sécurité, il n’y a point de libertés.

La multiplication des attentats et des agressions violentes dirigées contre nos gardiens de la paix publique démontre un refus de nos valeurs républicaines, de nos coutumes et de notre modèle de société dans des pans entiers de notre nation. Le meurtre sauvage à Avignon d’un de nos policiers gardiens de la paix en est la tragique illustration.

Les attaques de commissariats, à force ouverte, par des hordes d’individus armés et cagoulés se propagent sur notre territoire en toute impunité, les violences aux personnes se répandent jusque dans l’intimité des résidences familiales et la seule réponse à ces crimes contre les forces de l’ordre réside dans des incantations compassionnelles qui demeurent sans effet sur le quotidien des Français.

Comme l’a souligné un ministre de l’Intérieur en quittant son poste, le pays s’est fragmenté en enclaves où l’on vivait jadis côte à côte et où l’on vit désormais face à face. Un face à face qui nourrit le communautarisme et menace la paix civile.

Comme les deux fonctionnaires lâchement assassinés récemment, nous avons contribué à combattre sans relâche la criminalité et à rétablir l’ordre public durant des décennies.

Le ministre de l’Intérieur a déclaré à Avignon que les forces de l’ordre devaient mener une « guerre » sans merci contre les trafiquants de stupéfiants et d’armes, et que les policiers étaient des « soldats ».

Certes, mais des soldats désarmés sont de simples cibles. Voilà pourquoi il convient de les réarmer matériellement, moralement et juridiquement pour leur permettre de mener à bien leurs missions sans risquer leur vie à tous les coins de rue.

Les policiers se heurtent aujourd’hui à l’hostilité d’une partie de la population et de certains politiciens dévoyés, ils doivent se justifier en permanence devant leur hiérarchie, les magistrats, les préfets et s’incliner devant le tribunal de l’opinion publique.

Il est temps de prendre des mesures efficaces pour reconquérir notre propre pays et rétablir l’autorité de l’État partout où elle est défaillante.

Il est temps de faire respecter les valeurs de la France et de ne plus accepter l’inacceptable.

Il est temps de réagir.

Les policiers et gendarmes ont déjà payé un lourd tribut en vies humaines et en blessures irrémédiables : la peur doit changer de camp.

Les familles des policiers et gendarmes doivent être protégées et les policiers doivent retrouver leur fierté d’exercer le plus noble métier qui soit : celui de protéger les citoyens et de les défendre.

La réponse pénale doit être adaptée de telle manière que les condamnations soient réellement exécutées et à la hauteur des forfaits commis.

L’urgence commande également de contrôler l’immigration clandestine qui gangrène de nombreux quartiers et contribue à alimenter désordre et délinquance.

L’anarchie est partout quand la responsabilité n’est nulle part.

La France ne doit pas basculer dans le chaos. La police française ne peut pas tolérer que demain les forces armées la remplacent pour éviter une guerre civile.

Nous formons le vœu que notre appel au sursaut national soit entendu par les pouvoirs publics et nous joignons nos voix à celles de nos camarades militaires qui se sont exprimés en premier.

Les défis à venir sont cruciaux. Nous sommes déterminés à aider nos collègues en activité à faire face et à recouvrer leur considération perdue

Liste_signataires_Petition

 

soutenons force ordre

06 mai 2021

ASSEZ

ASSEZ, ENOUGH, GENUG.... dans quelle langue faut-il crier son ras le bol ?

Extrémisme, criminalité sont à mettre dans le même sac puisque la finalité est la même, un policier qui perd sa vie sur l'autel de l'indifférence.

Certes les familles, les collègues auront droit à des mots de réconfort suivis d'aucun effet, des promesses jamais tenues, mais point de révision de l'article 122-5 du Code Pénal sur la légitime défense qui paralyse les policiers face à des individus qui ne sont régis par aucune Loi. Point de durcissement ou simplement d'application stricte de la Loi.  Point de tolérance Zéro, qui ne serait pas compatible avec nos valeurs ? Mais faire des cibles de nos policiers serait-ce compatible avec nos valeurs ?

A quand les sanctions pour ceux qui cherchent à déstabiliser notre pays et qui trouvent toutes les excuses à ces criminels simplement guidés par la haine de l'autre ? A la place, une irresponsable proposition de démantèlement de la Police Judiciaire !

A quand la fin des remises de peines pour les auteurs de violences contre les Forces de l’Ordre ? En son temps, un ministre avait exprimé sa crainte de voir « que ceux qui sont côte à côte, soient face à face », nous y arrivons. La délocalisation de la violence nous y a menés. Les mises en accusation de la police, les présomptions de culpabilité de la police nous y ont amenés.

 

L'A.N.R.P, son Président National, son bureau national, ses administrateurs, ses adhérents présentent à la famille d'Eric, à ses collègues, leurs plus sincères condoléances, et leurs témoignent leurs soutien dans ces moments douloureux.

 

Roland DAHLEM
Trésorier National

ECUSSON ANRP DEUIL 2

Posté par GPANRP à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,