NOTRE ASSOCIATION, APRES AVOIR TRAVERSE UNE PERIODE DE TURBULENCE, QUI N’AVAIT PAS DE MOTIVATION FINANCIERE, EST EN VOIE DE REDYNAMISATION ET DEVRAIT RETROUVER SON TOTAL ET PARFAIT FONCTIONNEMENT TRES BIENTOT.
NOTRE REVUE A ETE EDITEE ET ELLE EST EN  COURS D’ACHEMINEMENT. NOUS VOUS  DONNONS, CI-DESSOUS, UN APERCU  DE SON CONTENU.
EN VOUS REMERCIANT  POUR  TOUTE VOTRE AIDE  ET VOTRE SOUTIEN APPORTES.

CAMILLE MARILLER.

2018-05-07_135446_1 
Il s'agit de l'oeuvre d'Alberto GIACOMETTI, symbole de "l'homme qui marche".

Créé en 1960, après une passion pour les arts africains, puis une période cubiste et surréaliste, "L'homme qui marche" suscite diverses interprétations. L'artiste le voulait universel à son époque. GIACOMETTI modèle un personnage nu et fragile pour symboliser l'homme : une peau fine qui couvre les os. La démarche est assurée car cette marche est celle vers un monde meilleur. Le buste légèrement incliné, les bras ballants dans la position du balancier, le regard droit, les jambes très longues, tous ces éléments contribuent au dynamisme de l'oeuvre et accentuent l'effet de marche. Mais les pieds, surdimensionnés, comme englués dans la glaise, collés au socle, entravent cette marche. GIACOMETTI montre ainsi combien la quête vers la connaissance est difficile et entravée par la pauvreté. On distingue pourtant un regard pointé vers l'horizon : il scrute son avenir.
 

2018-05-07_135543_3

2018-05-07_135623_10

2018-05-07_135702_16

Avec l'aimable autorisation de l'Administrateur judiciaire, Jean-Luc BAZART, administrateur du blog.